Accessibilité Loi Technologie

Guide pour une application mobile accessible

Par Manshini Goordin, le 25 juin 2024 à 15:14

Dans le paysage numérique d'aujourd'hui, les applications mobiles sont devenues des outils indispensables transformant divers aspects de l'interaction humaine. Des réseaux sociaux aux achats, de la banque aux soins de santé, les applications mobiles ont révolutionné notre façon d'interagir avec l'information et les services. Pourtant, au milieu de cette révolution technologique, un aspect critique est très souvent négligé – l'accessibilité numérique.

Cet article explore l'importance de l'accessibilité dans les applications mobiles et comment elle est importante pour débloquer un monde d'inclusivité. Que vous soyez développeur, testeur, propriétaire de produit ou simple utilisateur curieux, ce guide vous aidera à comprendre davantage les besoins divers des utilisateurs handicapés et comment quelques ajustements mineurs peuvent améliorer leur interaction avec les services numériques.

 

Pourquoi prendre en compte l'accessibilité dans les applications mobiles ?

Vous êtes peut-être conscient qu'en de nombreux pays, les services numériques tels que les sites web, les applications mobiles et leurs contenus doivent légalement être accessibles. Plusieurs législations, telles que la loi “Americans with Disabilities Act (ADA)" (EN) et la “Section 508” (EN) aux États-Unis, la “Equality Act of 2010”(EN) au Royaume-Uni, la Loi n° 2005-102 Article 47 (EN) en France et la European Accessibility Act en Europe, obligent les sites web et les applications mobiles du secteur public et de certains secteurs privés à respecter les directives d'accessibilité.
Outre le fait de réduire le risque de poursuites très coûteuses, une application accessible pourrait s'avérer très rentable. Les entreprises peuvent améliorer leur engagement et leur expérience client tout en positionnant leur marque comme visionnaire et centrée sur le client.


Selon l'Organisation mondiale de la santé (EN), on estime que 16% de la population mondiale, soit 1,3 milliard de personnes, présentent un handicap significatif. Un rapport d'AudioEye (EN) indique que 54% des utilisateurs de technologies d'assistance estiment que les détaillants en ligne ne répondent pas à leurs besoins, et que seuls 37% des foyers ayant un handicap utilisent les services bancaires et d'investissement en ligne comme principal moyen de transaction, contre 62% des foyers sans handicap.


Lorsque l'accessibilité n'est pas prise en compte, les entreprises risquent d'exclure une proportion importante de la population adulte de l'interaction avec leurs services numériques. En revanche, les entreprises qui veillent à ce que tous les utilisateurs puissent bénéficier de l'accès mobile gagnent le respect et la fidélité de ce grand segment de clients.


Mais plus que cela, pour aller vers un monde inclusif, les personnes handicapées doivent avoir un accès égal aux ressources financières, commerciales, de santé, médiatiques, gouvernementales et surtout éducatives en ligne. D’après le rapport The WebAIM Million, on estime que seuls 3% des services web sont accessibles, ce qui signifie que nous avons encore un long chemin à parcourir.

Tests des problèmes d'accessibilité

Une approche courante pour tester les problèmes d'accessibilité est d'utiliser des technologies d'assistance directement sur l'application. Contrairement au contenu web, où il est possible d'inspecter le code source pour déterminer la présence d'attributs, il est très difficile de faire la même chose pour les applications mobiles.

Lecteur d'écran

Le lecteur d'écran est l'un des outils les plus largement utilisés pour évaluer l'accessibilité des applications. Les lecteurs d'écran sont principalement utilisés par les personnes aveugles ou malvoyantes pour interagir avec une application. Selon une enquête sur l'accessibilité mobile menée par Fable (EN), 47% des utilisateurs de technologies d'assistance dépendent des lecteurs d'écran.
VoiceOver est le lecteur d'écran intégré à iOS et TalkBack est le lecteur d'écran intégré aux appareils Android. Plusieurs ressources sont disponibles sur les sites web d'Apple(EN) et de Google(EN) sur la manière d'activer les lecteurs d'écran et de naviguer avec ceux-ci.
Plusieurs éléments peuvent être vérifiés lors de la navigation avec un lecteur d'écran:


- Vérifiez que le lecteur d'écran lit les informations dans le bon ordre. Il n'est pas nécessaire que les éléments soient lus dans l'ordre spécifique dans lequel ils apparaissent à l'écran, tant que l'utilisateur peut comprendre les informations.


- Vérifiez que le contenu peut être exploré, correctement vocalisé et que le sens des informations est préservé.


- Vérifiez que chaque écran et chaque section de l'écran a un titre visible, unique et pertinent.


- Vérifiez que les utilisateurs peuvent naviguer d'un écran à un autre, avec la possibilité de revenir sur leur chemin.


- Vérifiez que les utilisateurs peuvent utiliser les différentes fonctionnalités uniquement avec le lecteur d'écran.


- Vérifiez que chaque composant a un nom accessible et un rôle qui lui est associé.




- Vérifiez que, pour les composants pouvant avoir différentes valeurs et états, ces valeurs et états sont correctement restitués par le lecteur d'écran.




- Vérifiez si les messages d'état sont correctement restitués par le lecteur d'écran.

Clavier

Les utilisateurs en situation de handicap moteur utilisent souvent un clavier externe connecté à leur appareil pour naviguer et interagir avec les services numériques. Vous pouvez tester l'accessibilité au clavier en naviguant avec les touches de tabulation et les touches de direction.
Pour que les utilisateurs de clavier aient un accès complet à l'application mobile, il est important que :


- Tous les composants interactifs puissent être accessibles et contrôlables avec le clavier.


- Un ordre de tabulation logique et cohérent est fourni.


- L'indicateur de mise au point est clairement visible.


- Aucun piège au clavier ne devrait être présent sur l'application.


- L'application devrait prendre en charge les raccourcis et les gestes clavier communs.


- Des alternatives aux gestes tactiles complexes doivent être fournies afin que les utilisateurs de clavier puissent également interagir avec le contenu.

 

Switch Devices (interface de commutation)

Les interfaces de commutation sont également utilisées par les personnes ayant une dextérité limitée. Les personnes qui ne peuvent pas utiliser un clavier, un écran tactile ou tout type de commande de pointeur optent souvent pour des interfaces de commutation. Switch Access(EN) sur Android et le contrôle de sélection(EN) sur iOS permettent aux utilisateurs de manipuler leurs appareils à l'aide de commutateurs. Les utilisateurs peuvent choisir parmi plusieurs méthodes d'accès pour naviguer sur les écrans, en fonction de leurs préférences. La navigation par commutation et par clavier est très similaire. Certaines personnes peuvent même contester la pertinence de tester l’accessibilité de commutation et de clavier, mais c’est toujours préférable d’effectuer des tests en utilisant les deux dispositifs. Les comportements ne s'alignent pas toujours, surtout sur les appareils Android.

 

Commande vocale


Le contrôle vocale permet aux utilisateurs de contrôler leurs appareils à travers des commandes vocales. Bien que les tests effectués à l'aide de lecteurs d'écran, de claviers et de commutateurs mettent déjà en évidence plusieurs problèmes d'accessibilité, les commandes vocales peuvent aider à effectuer ces tests de manière plus efficace. Certaines commandes spécifiques permettent aux utilisateurs de voir, par exemple, l'ordre de mise au point ou d'afficher les noms accessibles des composants interactifs.


Couleur et contraste des couleurs


Le contraste des couleurs est un élément important de l'accessibilité. Les utilisateurs malvoyants comptent sur un bon contraste des couleurs ainsi que sur d'autres indices visuels pour comprendre l'information et son contexte. Les textes et les éléments graphiques doivent respecter les exigences minimales de rapport de contraste. Selon les directives Web Content Accessibility Guidelines (WCAG) 2.2(EN), les textes normaux doivent avoir un rapport de contraste minimum de 4,5:1 par rapport à leur arrière-plan, tandis que les textes de grande taille, les éléments graphiques et les composants doivent avoir un rapport de contraste minimum de 3:1 par rapport à leur arrière-plan ou aux couleurs adjacentes. N'oubliez pas de vérifier les contrastes de couleur en mode clair et en mode sombre, si disponibles.
Il est également nécessaire de s'assurer que l'information n'est pas transmise uniquement par la couleur. Il doit y avoir un autre moyen visuel de récupérer la même information grâce à, par exemple, la présence d'une icône, d'un effet typographique ou graphique de forme ou de position. Et non seulement cela, mais la même information fournie par la couleur doit également être accessible par le lecteur d'écran.
Même lorsque toutes ces recommandations sont prises en compte, certains utilisateurs ayant des besoins plus spécifiques nécessitent un soutien supplémentaire. Heureusement, les smartphones sont équipés de paramètres qui facilitent la tâche à ces utilisateurs. Des options telles que le mode de contraste élevé, la différenciation sans couleur, l'inversion des couleurs sont disponibles. Par conséquent, l'application mobile doit prendre en charge les fonctionnalités d'accessibilité du système d'exploitation.


Taille de la police


Les utilisateurs de smartphones disposent d'options pour choisir leurs paramètres de taille de contenu préférés. Les applications mobiles doivent répliquer ce comportement en conséquence. La taille du texte doit être ajustée en fonction des paramètres choisis par l'utilisateur. Cette fonctionnalité n'est pas utilisée uniquement par les utilisateurs malvoyants. Une grande majorité de la population âgée compte sur l’agrandissement de la taille de police pour utiliser leurs smartphones.


Orientation


Une autre exigence des WCAG spécifie que les applications doivent prendre en charge les modes portrait et paysage. De nombreux développeurs et concepteurs choisissent d'ignorer cette fonctionnalité très importante. Bien que votre application mobile puisse fonctionner parfaitement en mode portrait, le mode paysage permet d'avoir plus de caractères par ligne et de plus grands claviers à l'écran. Plus important encore, les utilisateurs en situation de handicap moteur ont souvent leurs appareils fixés à leur fauteuil roulant dans une position spécifique, où il est impossible pour eux de manipuler la position de leur appareil. Si cette flexibilité de choix d'orientation n'est pas offerte, toute une catégorie de ces personnes ne pourrait pas utiliser votre application.

 


En conclusion, adopter l'accessibilité ne consiste pas seulement à respecter les obligations légales ou à étendre les opportunités commerciales, mais aussi à favoriser un monde numérique où chacun peut participer équitablement. En priorisant l'inclusivité dans le développement des applications mobiles, les entreprises élargissent non seulement leur portée à une base d'utilisateurs diversifiée, mais elles défendent également la responsabilité sociale et l'innovation.

 

 

Manshini Goordin

Manshini Goordin

Manshini occupe le poste de consultante en accessibilité numérique chez Ipedis depuis plus d'un an. Dotée d'une expertise particulière en audits mobiles, elle maîtrise le RGAA, le WCAG et la norme européenne. Son objectif ? Rendre le monde digital accessible à tous grâce à son expertise et son engagement.

    La fresque de l'accessibilité numérique, découvrez notre atelier de sensibilisation

    Vous avez des projets d'accessibilité

    et vous souhaitez être accompagné ?

    Contactez Nos Experts